Les pesticides, c’est quoi ?

Largement utilisés dans l’agriculture intensive, les pesticides rassemblent des substances chimiques destinées à repousser ou détruire les ravageurs et espèces indésirables de plantes ou d'animaux causant des dommages aux denrées alimentaires, produits agricoles, bois ou aliments pour animaux, sans oublier les régulateurs de croissance des plantes, les défoliants, les dessicants, les agents réduisant le nombre de fruits ou évitant leur chute précoce, et les substances appliquées pour empêcher la détérioration des produits pendant leur stockage ou leur transport.

Environ 350 produits différents sont actuellement utilisés en Europe (herbicide, insecticide, fongicide, nématicide, parasiticides …). Mal utilisés en terme de quantités et en raison de leur faible pouvoir de dégradation, les pesticides s'accumulent dans la chaîne alimentaire et contaminent les milieux naturels, c’est la bio-accumulation.


Le mot « produit phytosanitaire » est plutôt utilisé pour la protection des plantes. La France occupe la 2ème place mondiale pour le volume de produits phytosanitaires consommés.

Cependant, cet emploi, en particulier dans l’industrie agroalimentaire, suscite la méfiance. Beaucoup de ces substances contiennent des perturbateurs endocriniens, responsables de cancers, d’infertilité et de maladies bien souvent incurables. Une exposition prolongée et/ou une consommation excessive de produits sous pesticides peuvent avoir des conséquences irrémédiables sur la santé du consommateur.

Les pesticides chimiques utilisés contre des espèces organiques et vivantes ont de lourdes conséquences environnementales. Les herbicides participent à l’érosion et l’infertilité des sols. Ils polluent l’atmosphère et certaines réserves d’eau et beaucoup d’entre eux perturbent également la couche d’ozone. D’autre part, ils nuisent à l’écosystème en contaminant et en tuant des acteurs de la chaîne alimentaire. (ex : la disparition des abeilles mellifères qui viennent s’alimenter auprès de plantes traitées aux pesticides. De même, les oiseaux contaminés en mangeant des insectes eux-mêmes touchés par ces substances)

L’homme n’est pas épargné par les risques des pesticides dans les aliments. L’herbicide glyphosate est considéré « cancérogène » par l’Organisation Mondiale de la Santé, et « cancérogène probable » en Europe. La France est un des plus gros consommateurs de pesticides. Ce triste record n’est pas sans lien avec l’évolution des fausses couches et des malformations des nouveau-nés à la naissance, selon un rapport de la Direction Générale de la Santé de 2011.

Malgré tout cela, les mentalités et les pratiques ne changent pas. Cela s’explique surtout par le fait que l’efficacité des pesticides a fortement augmenté avec le temps.

Les pesticides non chimiques, et donc biologiques sont les principales alternatives. Par exemple, avec les insectes, comme les coccinelles, prédateurs naturels contre les nuisibles et particulièrement les pucerons. Le principe est identique pour les champignons, en introduisant un trichoderma, un autre champignon, qui se débarrasse naturellement des autres champignons responsables du pourrissement des légumes.

Les idées ne manquent pas et peuvent permettre de consommer mieux, de préserver la planète et de vivre en meilleur santé.



39 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
 

1 rue de la Messe, 91490 DANNEMOIS

Formulaire d'abonnement

©2020 ATA

  • Facebook