Le lierre, utile pour la biodiversité.

Souvent perçue comme une plante parasite qui tuerait les arbres ou façades, le lierre a pourtant de nombreuses qualités comme celle d'être un réservoir de biodiversité. Les racines aériennes servent à s'accrocher et en aucun cas à pomper les nutriments, ce travail s’effectuant par les racines souterraines. Le lierre vit plus d'un siècle, et l'arbre support meurt parfois avant lui, le lierre n'étant en aucun cas responsable de sa mort.


Si l'arbre est vivant, le lierre grandit en même temps que le tronc sans jamais créer d'étranglement ; au contraire, il protège le tronc des coups de soleil et de la chaleur, mais aussi du froid en hiver, évitant les craquèlements de l'écorce et limitant par là-même les blessures risquant d'être contaminées par des maladies ou des parasites. Le lierre constitue une protection contre la pluie battante, le feu et les animaux qui ne viennent plus frotter leurs bois ou leurs griffes sur l'écorce.


Le lierre a la réputation de détruire les façades, il est pourtant très utile pour masquer leurs imperfections et éviter une rénovation coûteuse. Le lierre sert d'isolation thermique sur une maison, il faut juste ne pas le laisser grimper sur les toitures car il pourrait alors soulever les tuiles.


Le lierre est utile aussi bien en grimpant, en couvre-sol ou en décoration dans les compositions.


Lorsqu'il couvre le sol dans un jardin, il empêche la pousse des herbes indésirables et préserve la faune du sol de la chaleur et de l'évaporation de l'eau, gardant ainsi un milieu favorable à la vie de nombreux êtres vivants. Il retient le sol et l'épargne du lessivage.


Le long des arbres et des façades, il offre un refuge idéal contre les prédateurs à de nombreux mammifères, insectes et oiseaux. Un arbre de bonne taille orné par un lierre grimpant abrite près de 700 organismes vivants ! Abrités de la forte chaleur, du ruissellement de la pluie, de l'emprise du gel, tout ce petit monde trouve un refuge dans cet écosystème à part entière constitué par l'écorce de l'arbre liée aux tiges du lierre et à la couverture protectrice des feuilles.


Quels sont les animaux dans le lierre ? Fouines et martres s'y mettent à l'affût lors de leurs parties de chasse, alors que l'écureuil, le muscardin ou le lérot y trouvent une nourriture bienvenue faite d'insectes divers ou d'escargots venus s'abriter sous le frais feuillage. Certaines espèces de chauve-souris apprécient ce milieu regorgeant de bestioles volantes qu'elles adorent pour leur dîner.


Le lierre fleurit en automne, prenant le relais de l'abondance estivale et attirant de nombreux insectes dont les abeilles domestiques et solitaires, les bourdons, les syrphes, les mouches ou les guêpes. De nombreux papillons apprécient les ombelles nectarifères du lierre. Le lierre abrite aussi de nombreux arachnides. Leur présence est régulée par leurs prédateurs que sont les lézards, appréciant aussi les lieux et les oiseaux, très présents car ils y trouvent ici gîte et couvert.


Succédant aux fleurs, les baies, (toxiques pour la plupart des mammifères), offrent une nourriture abondante aux oiseaux en hiver et en début de printemps. (Merle, grive, verdier, pigeon ramier, accenteur mouchet, tourterelle, pinson, étourneau sansonnet…). La couverture thermique conservant le frais en été et la chaleur en hiver est très appréciée par de nombreux passereaux comme le troglodyte mignon, la mésange ou le rouge-gorge qui trouvent là un garde-manger garni d'insectes et une zone de nidification idéalement protégée.



49 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout