La forêt française en danger

Troisième surface boisée d’Europe, la forêt française représente 31% du territoire. (Les ¾ de nos forêts sont privées avec plus d’un million de propriétaires).

Notre forêt s'étend sur des territoires très variés, elle est composée de 64% de feuillus, parmi lesquels le chêne est le plus présent. Il existe une diversité d'essences pour différents usages : parquet, charpente, menuiserie, marqueterie, palettes, emballages, papier, agglomérés, bois de chauffage, bois énergie... Les débouchés sont nombreux.

La surface de la forêt française a doublé depuis 1850 et elle continue de progresser. L'essence la plus prélevée, (et la plus replantée) est le pin maritime. Il n'existe plus en France de forêts primaires. Toutefois, les forêts naturelles, c'est à dire celles qui se sont réinstallées naturellement, sont nombreuses.

En France, la filière bois, c’est 59 Milliards d'€ de chiffre d'affaires, 440.000 emplois directs ou indirects (plus que l'automobile ou l'aérospatial). Elle est aussi en difficulté : la construction en bois, premier vecteur de croissance, est réalisée à partir de résineux. Or, la forêt française est feuillue à 64%. Même si les sciages réalisés en France sont surtout résineux, le bois de construction est donc largement importé (Finlande, Allemagne, Belgique, Canada). Le chêne est parfois exporté, notamment vers la Chine, pour être transformé puis renvoyé en France ! Il est peu utilisé dans la construction car trop cher : il faut au moins 4 générations pour faire un chêne mature. Et l'industrie du meuble s'est délocalisée... Ainsi disparaissent de nombreuses scieries en France. La balance commerciale de la filière bois est déficitaire alors que la forêt française est mal exploitée.

Nos forêts captent 12% des émissions de Gaz à Effet de Serre en France, chiffre qui monte à 18% si on inclue le bois stocké dans les matériaux !

Enfin, la forêt française est dans une situation préoccupante, fragilisée notamment par le dérèglement climatique et la mondialisation des échanges. Climat, parasite, crise budgétaire, pertinence des stratégies pour soutenir nos forêts… En France, ce patrimoine de 17 millions d’hectares est confronté à de multiples menaces : sécheresses à répétition, attaques parasitaires sans précédents, risques d’incendies de grande ampleur, mais aussi accroissement de plantations mono espèces à faible naturalité plus vulnérables aux ravageurs. L’avenir n’est pas rose pour nos forêts…



42 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout